De vous à moi et vice-versa

15. oct., 2018

 

Pérouges, associative et dynamique

 

Le 7 octobre dernier, j'avais le plaisir et l'honneur d'être invité au salon des auteurs, que la MAC de Pérouges (Maison des Arts Contemporains) organise annuellement. Cette année, il se déroulait à la Ferme de Pérouges, dont les travaux de restauration sont achevés. Outre le jardin, dont quelques photos figurent en rubrique "environnement" (http://www.audamaric.fr/440460623), Elle accueille les manifestations de plusieurs associations : Le Graal, atelier de création artisanale,  Entre les pavés, association multi-culturelle...

24 auteurs locaux y étaient présents, ainsi que des ateliers de papèterie, de sérigraphie et de calligraphie. Accueil du public, rencontres entre écrivains et poètes, lectures à voix haute. Une bien belle après-midi, rythmée par les interventions de Claude Louis Brozzoni, organisateur efficace et infatigable. Merci à lui pour son accueil ! Il me charge de faire savoir qu'une autre association pérougienne (Tu m'donnes ta langue, qui propose des cours de langues) fête ses 25 ans d'existence le 21 octobre prochain, au foyer rural de Bourg-Saint-Christophe. La soirée sera animée dès 18h par les Valeureux improvisateurs de Pérouges, puis par la Compagnie de la Chanson Sommaire. La participation aux frais y sera libre. Je recommande pour passer une bonne soirée ! (contacts : 06 42 72 80 01 / 06 22 67 68 11 / 06 83 83 37 33)

J'ai évidemment profité de ce salon pour rapporter quelques ouvrages, qui trouveront prochainement toute leur place dans la rubrique "Ecriture". Poésies, roman, ouvrage jeunesse y seront décortiqués dès que possible, le travail de lecture est d'ores et déjà commencé.

 

Changement d'adresse web

 

Je profite de ce billet pour annoncer que le nom de domaine du site va prochainement changer. Au départ, je destinais ce blog à un cercle de connaissances restreint et je ne m'attendais pas à ce qu'il soit autant visité. Aujourd'hui, il n'est plus confidentiel et l'utilisation d'un pseudo n'a plus aucun sens : l'adresse sera modifiée pour qu'elle soit plus logique en www.ledauphain.fr. Afin qu'aucun lecteur ne soit surpris, je préviens quelques temps à l'avance. Le changement ne se fera pas avant plusieurs semaines.

 

 

Amicalement,

 

MB

 

 

12. août, 2018

 

Ce blog fête sa première année d’existence avec un magnifique cadeau de la part de ses lecteurs : ils l’ont visité, désormais, plus de 10 000 fois !

 

Je souhaitais vous faire part, à vous tous qui le consultez, de mon émotion et de mes remerciements pour cet intérêt que vous lui portez.

 

Ce nombre correspond au nombre de fois où le site a été ouvert par un internaute : chaque visite peut comprendre la consultation de plusieurs pages. Parallèlement, l’administrateur du blog peut également savoir le nombre de visites de chaque page, de façon distincte. Grâce à ce deuxième compteur, j’ai pu constater que certains articles suscitent beaucoup d’intérêt. En particulier celui qui relate le chantier archéologique de « la ferme d’Ithe » (ouverte 2500 fois). Depuis l'année dernière, je ne suis pas retourné dans les Yvelines pour creuser aux côtés des bénévoles de l’APSAD. Je me suis alors demandé comment apporter un regain d’intérêt, un parfum de nouveauté à cette page. Or, il se trouve que mon texte comporte une petite erreur... Il existe une première publication concernant ce site. Olivier Blin, l'archéologue qui dirige ce site, a déjà rédigé un article sur une revue spécialisée. La moindre des choses, à cette occasion, était de rectifier l’erreur en publiant le lien qui mène à cet article. C’est aujourd’hui chose faite.

 

Le dernier article paru s’intitule « les principes de la permaculture ». Il a toute sa place au sein de la rubrique « environnement », car cette méthode est la façon de jardiner la plus respectueuse du sol et de ce qui y pousse. Encore trop peu connue, elle mérite d’être découverte et j’invite tous ceux qui ne savent pas de quoi il s’agit à lire ces principes de base qui vous plongeront dans un univers très particulier. Un monde qui donne, généralement, l’envie de faire des recherches plus approfondies et de mettre en pratique ces techniques, si simples et évidentes… Elle vous feront voir le jardinage d’un autre œil.

 

 

Bien amicalement,

 

 

Marc

21. juil., 2018

 

C’est l‘époque du tour de France et les métaphores cyclistes sont tentantes à faire. Toutefois, celle du titre de ce billet n’est pas anodine pour autant : explication un peu plus bas ! On peut parier que les deux nouvelles suivantes ne déclencheront pas la même vague de liesse collective que la victoire au mondial, mais il faut dire que ce n’est pas non plus l’objectif visé...Sourire

 

D’une part, le chantier « Montcornelles » est lancé (voir la rubrique « Ain et région proche »). Le permis de construire est validé et les ouvriers, qui étaient sur les starting-blocks, sont désormais à l’œuvre. J’ai l’honneur de vous annoncer que je suis membre de son comité scientifique, qui s’est récemment penché sur la technique des hourds. Cet élément d’architecture en bois garnissait le sommet des tours et des remparts et avait une vocation défensive dans les châteaux médiévaux, avant d’être remplacés par les mâchicoulis.

Pour ce faire, nous sommes allé visiter le château d’Anse (69), qui possède la structure de hourds la plus ancienne du pays et qui est classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques pour cette raison. La ville d’Anse et son château mériterait un article plus détaillé dans ce blog, ce qui se fera sans doute.

 

D’autre part « Le Dauph’Ain » a pris son envol également. Le numéro de Siret est attribué et la boutique est ouverte, en dernières pages. Elle est séparée en deux, pour cause de fonctionnement différent. La boutique en ligne proposera des ouvrages et des produits qui auront un rapport avec les sujets abordés dans les pages. Les commandes et les paiements peuvent se faire en ligne, par Carte Bleue. Quant aux visites guidées, il est plus commode de les réserver, par mail, ou mieux encore par téléphone : les explications, la prise de rendez-vous nécessitent un premier contact oral. Le catalogue propose des visites de Lyon, confortablement installés à l’arrière d’un triporteur à assistance électrique. Les parcours durent une ou deux heures et font traverser différentes partie de la ville.

Le catalogue est destiné à s’agrandir. Non seulement d’autres thèmes seront développés à Lyon, mais je suis en train de travailler sur des projets de visites dans le département de l’Ain : de nombreux monuments valent la peine d’être découvert.

 

 

Je vous souhaite un très bel été !

 

 

Amicalement,

 

 

MB

29. juin, 2018

 

Au risque de tomber dans les lieux communs et si je peux me permettre, rien n’est simple en ce système dans lequel on vit. Et ce, bien que bon nombre de procédures administratives aient été récemment simplifiées…

Je m’explique : je me suis heurté à quelques difficultés en voulant ouvrir la petite boutique de ce blog. Elle nécessite le paiement des produits proposés par chèque (ce qui est peu commode à l’ère du tout-numérique) ou un compte Paypal. Formidable : j’en dispose d’un ! Puis, immédiatement après, déception : il faut qu’il soit professionnel. Il faut donc attendre que le projet de micro-entreprise, une idée que je caresse depuis plusieurs années, voit le jour.

J’ai le plaisir d’annoncer que c’est en cours, après moultes hésitations (il faut que l’activité soit suffisante pour justifier une création d’entreprise, même sous la forme « micro », sinon à quoi bon ?). Mais cette démarche-même, pourtant simplifiée, n’est pas encore arrivée à terme. La demande a été déposée le 15 juin et à ce jour, le numéro de Siret n’est toujours pas attribué… Dès que cette formalité sera réglée, « Le Dauph’Ain » ne sera plus seulement un blog. Il sera devenu le journal de bord et la façade numérique de la micro-entreprise qui portera le même nom. Le plus tôt possible, souhaitons le : ce défaut d’immatriculation est handicapant pour avancer. Sans lui, impossible d’ouvrir un compte, entre autres.

Ces activités seront diverses, mais toutes auront un lien avec l’histoire, le patrimoine et la culture, cela va de soi. J’aurai l’occasion d’y revenir, le moment venu. Je me consacrerai à la rédaction des articles lorsqu’elles me le permettront : les prochains thèmes abordés ont déjà été communiqués plus haut (c’est l’expression consacrée. Mais dans le cas de cette page, il serait plus juste de dire « plus bas »…)

Pour l’heure, je souhaite remercier vivement les lecteurs. Le nombre de visites s’accroît chaque jour et je le considère comme un gage de confiance et d’estime. Ce compteur ne donne évidemment pas la possibilité de savoir qui consulte ces pages. La plupart des lecteurs ne se manifestent pas. Il est donc impossible de les connaître, mais il faut respecter cet anonymat, si c’est leur souhait.

 

Amicalement,

 

Marc

3. janv., 2018

 

Afin de commencer correctement 2018, je me devais d'achever le programme que je m'étais fixé précédemment. C'est désormais chose faite, l'épopée cathare se conclut avec sa quatrième partie, comme prévue.

Le bilan 2017 de ce blog est plutôt satisfaisant, dans l'ensemble. Depuis le mois d'août, il s'est vu enrichir de nouvelles rubriques et d'articles variés. De plus, il est gratifiant qu'un de ses articles ait récemment été relayé sur la page facebook officielle d'Hubert Reeves : il s'agit de celui qui porte sur le "grand tetras", dans la rubrique environnement. Il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il lui soit tombé sous les yeux : en tant que membre de l'association "Humanité et biodiversité", j'ai naturellement mis le lien de cet article sur le site de l'association, dont il est Président d'honneur et lecteur assidu. En revanche, il est élogieux qu'il l'ait jugé digne d'être partagé sur sa page !

La seule ombre au tableau est le rythme de parution des articles, que je souhaitais, au départ, plus fréquent. J'aurai voulu une fois par semaine, mais il y a deux raisons principales à l'impossibilité de tenir ce rythme : d'une part, mes obligations extérieures et d'autres part, chaque article nécessite un travail en amont assez volumineux de recherche et/ou de tri des informations. Je me garderai donc bien, désormais, de me fixer à nouveau ce genre de pression impossible à tenir. Les articles paraîtront à un rythme naturel, dicté seulement par le travail qu'ils nécessitent.

 

Quoi qu'il en soit, les sujets ne manquent pas pour ce début d'année : du côté "Histoire", le compte-rendu d'une conférence universitaire traitant d'une bataille méconnue à Lyon, durant l'antiquité. Ou encore, essayer de lever un peu le voile qui recouvre le mystère des "arêtes de poissons" de Lyon. Du côté "Patrimoine", les chantiers archéologiques commencés vont se poursuivre. J'ai bien l'intention également d'aborder l'histoire de la parfumerie, un thème que j'affectionne. Ainsi que celui des randonnées locales. Du côté "Découverte", j'espère pouvoir aborder le départ du chantier de Montcornelles, ainsi que vous faire découvrir un peu mieux le duo "Rêve Errance", qui interprète des chansons médiévales. Du côté des livres, j'en ai plusieurs en réserve, à finir ou à lire et à vous livrer.

Enfin, J'espère que 2018 verra la mise en place de la boutique. Mais j'y reviendrai le moment venu, il est encore un peu tôt pour cela.

Ami lecteur, que vous soyez proches ou plus lointains, lecteurs assidus ou occasionnels, je vous souhaite le meilleur pour cette année 2018. Qu'elle soit emplie de bonheur et de réussite pour chacun d'entre vous.

 

 

MB